Blog Archives

Fédérer avec la RSE dans l’entreprise

La Responsabilité Sociétale et environnementale de l’Entreprise (RSE) peut s’avérer être un très bon moyen de fédérer et mobiliser ses salariés et collaborateurs, sur la base de valeurs qui ont du sens.Read More

RSE – de l’efficience au changement de modèle

La Responsabilité Sociétale de l’Entreprise est une révolution, un mouvement de fond, qui nous amène à repenser le développement de notre entreprise, de notre organisation.

Seul et collectivement comme mentionné dans l’article de Michaël Porter sur l’utilité et la nécessité des clusters et des pôles de compétitivité pour avancer plus efficacement.Read More

Chacun son rythme

Le Marché, même s’il incite à l’innovation, nous entraîne souvent vers des comportements de court terme.

La Nature, notre Terre, nous oblige à penser notre présence sur le long terme.

L’Homme, entre ces deux ensembles, prendra conscience que le court terme n’est plus supportable, mais présentera une certaine résistance au changement, qui le fera hésiter, temporiser, avant d’agir comme il se doit.

Read More

L’économie de la non-compensation

image entraide economie de la non-compensation

entraide sans compensation

La crise connue en Europe, ou plus précisément dans certains pays européens – comme la France, nous invite à repenser nos habitudes et nos façons de faire. Ouvrir grand les yeux, observer nos fonctionnements individuels et collectifs, et réformer nos règles et nos pratiques. Cela passe bien sûr par des responsables politiques – libérées de leurs corporations – enclins à dynamiser ce mouvement de fond – en prenant des risques, bien sûr calculés.

 

Le retour à des pratiques et à une économie de non-compensation pourrait venir alimenter nos changements nécessaires. En quoi consisterait cette économie de la non-compensation ?

 

Notre société française regorge d’énergies non utilisées. Elles regorgent aussi de gaspillages qui pourraient être largement réduits, mais cela est une autre question. Jeunes sans travail, adultes sans activités, retraités en pleine santé, peuvent venir servir la société et son économie et créer des richesses au départ non-marchandes.

 

Plus largement, l’économie marchande – qui a gagné en grande partie les domaines de notre vie quotidienne – demande pour une personne qui réalise un service ou un produit de trouver une compensation – majoritairement monétaire. Ce système fonctionne si les services et produits rendus sont compétitifs et performants, suivant l’appréciation d’un marché devenu international, ce qui permet la création du flux marchand compensé par une somme d’argent.

 

Pourquoi ne pas imaginer demain un Gouvernement qui inciterait les citoyens à agir, rendre service sans  compensation financière et matérielle ? Ceci afin d’améliorer le bien-être collectif de la société. Et, cela coule de source, afin de lever les blocages actuels qui empêchent la continuité de création de richesses et la sortie de la crise.

 

C’est la promotion du Bénévolat ? Oui bien sûr mais pas uniquement. Les pouvoirs publics devraient effectivement renforcer le soutien aux associations qui agissent dans le non-marchand et qui favorise l’établissement d’un environnement économique et social meilleur. Les réductions de subventions aujourd’hui aux associations de la part des pouvoirs publics sont à ce titre insupportables et incohérentes. Les économies sont à faire dans le fonctionnement des services publics et dans certains investissements et participations hors champ de la nécessité publique.

 

C’est la promotion d’une Economie du Troc ? Oui bien sûr mais pas uniquement. Les différentes initiatives, comme dernièrement l’instauration de la monnaie locale Sol dans la communauté d’agglomération de Boulogne-sur-Mer – permettent de sortir du système tout marchand – tout monétaire pour inventer – ou redécouvrir – de nouvelles formes d’échanges – très microéconomiques – et donnant des solutions locales. Le principe consiste à rapprocher des ressources et des emplois locaux – sans dépendre des échanges extérieurs.

 

L’économie de la non-compensation se situe plus au niveau des valeurs et du modèle de société que pourraient promouvoir les pouvoirs publics. Nous pouvons toutes et tous faire beaucoup de choses sans demander une compensation. Le retour à cet état d’esprit – porté par une campagne de promotion efficiente de la part du Gouvernement – permettrait d’améliorer à mon sens grandement l’environnement économique et social français. Cela nécessiterait :

 

  • Une campagne de communication ciblée – réalisée par les pouvoirs publics ;
  • L’instauration d’outils relais permettant aux personnes de réaliser ces services et produits sans compensation :
    • Espaces collaboratifs – virtuels et réels ;
    • Ateliers relais ;
    • Forum ;
    • ….
  • Une politique de promotion des initiatives non compensées (l’Agence des Bonnes Pratiques ? – un projet à faire aboutir) ;
  • Une politique de subventions au secteur non-marchand renforcée ;
  • Une politique visant à renforcer les passerelles entre le secteur marchand et le secteur non-marchand ;
  • La levée ou l’évitement de certains blocages de la société (intérêts corporatistes).

 

La création de richesse par l’économie de la non-compensation ne devrait pas concurrencer – et donc ne pas affaiblir – certains pans de l’économie marchande. A moyen terme, une société plus active – et donc plus productive et plus créative – génère plus de potentiel et donc plus de richesses – notamment marchandes. Tout le monde est alors tiré par le haut, et non cantonné dans son près carré – favorisant le repli sur soi.

 

Les pouvoirs publics doivent aussi lever les blocages du service public qui pourrait voir dans le secteur non-marchand des concurrences.

 

L’économie de la non-compensation touche l’esprit. Mais pas uniquement. Des outils et une politique incitative sont de nature à «  Agir autrement » pour un fonctionnement collectif plus riche et donc plus performant.

 

Il est faux de penser que nous agissons intrinsèquement tout le temps dans l’envie de toucher un salaire ou un règlement financier. C’est l’économie du « tout marchand – tout monétaire »  qui nous amène à penser cela. Certes nécessaire, l’économie marchande a besoin d’une économie non-marchande forte afin d’alimenter son énergie créative et productive, la promotion de l’économie de la non-compensation est de nature à renforcer ce lien essentiel.

La valeur partagée, un nouveau concept de Michael Porter

Accueil du site Alternatives Economiques Je vous propose cet article très intéressant publié dans la revue « Alternatives Economiques » – croisant l’enjeu de la RSE et l’enjeu de s’organiser en cluster pour les entreprises (pôles de compétitivité, clubs de zone, …). Merci à Emmanuelle Freysson pour la localisation de cet article.

Read More

Argumentaire pour la RSE

Trois niveaux de sensibilisation dans un argumentaire en vue de convaincre l’entreprise ou l’organisation d’intégrer une Politique Générale RSE.

SENSIBILISATION A L’ENJEU :

« La mondialisation de l’économie implique la mondialisation de la responsabilité. »
Kofi ANNAN
Read More

La RSE : gadget à la mode ?

Le développement économique basé sur le système capitaliste touche à présent une limite forte : celle des ressources naturelles de notre planète.

La Terre qui nous a été confiée ne peut durablement supporter la croissance de certaines de nos activités économiques – très consommatrices voire nuisibles – pour la nature. Notre système économique doit nécessairement évoluer.

L’Homme, dont la population s’accroît continuellement, doit inventer un nouveau système de développement – intégrant la préservation forte des ressources naturelles. Sans compter l’affirmation et le respect de valeurs humaines permettant une vie plus harmonieuse de l’Homme sur la planète. Les déséquilibres actuels (riches/pauvres, démocraties/dictatures, liberté/privations, hommes/femmes, …), dans un monde globalisé, vont devenir de plus en plus insupportables.Read More

Parrainage pour l’emploi : une action sociétale simple et efficace.

Un domaine pertinent d’investissement de l’entreprise dans son environnement social extérieur (sociétal) est le domaine de l’emploi. Aider directement ou indirectement les personnes en recherche d’emploi à réaliser leur projet professionnel est un bon moyen pour l’entreprise d’agir positivement dans son bassin d’emploi.

L’exemple de Tous Parrains dans le bassin d’emploi du Boulonnais est significatif. Cette association d’utilité générale est née d’une initiative de la Jeune Chambre Economique de Boulogne-sur-Mer Côte d’Opale. Dirigeants d’entreprises et d’institutions ont soutenu le projet de créer une structure dédiée au parrainage des personnes en recherche d’emploi, personnes désirant travailler et souhaitant préciser leur projet professionnel. Depuis 1996, 1500 personnes ont été accompagnées avec un taux d’emploi de 70% des personnes en recherche d’emploi, ce taux grimpant jusqu’à 80 % si l’on y ajoute les solutions formation qui débouchent fréquemment sur une solution emploi. L’association Tous Parrains – indépendante – apolitique et non partisane – mobilise un ensemble de personnes en activité professionnelle ou en retraite (200 à ce jour) – désireuse de communiquer leur savoir (les parrains / marraines). Des tandems sont créés avec les personnes en quête professionnelle (les filleuls) – 1 pour 1 – et l’accompagnement peut ainsi se réaliser – avec le soutien des services support de Tous Parrains. L’apport est essentiel. Deux personnes se rencontrent (1 fois tous les 15 jours durant 1 heure), le filleul est soutenu moralement (confiance), il améliore ses techniques de recherche (compétences), il peaufine son projet (offre de services). Les personnes aidées sont des jeunes – des adultes – des personnes à handicapes – des collégiens en besoin d’orientation.

Les entreprises engagées dans ce type d’action de parrainage investissent de la façon suivante : – Elles permettent aux salariés motivés pour parrainer d’accueillir les personnes en recherche d’emploi dans leur bureau. – Elles peuvent soutenir matériellement l’association par la mise à disposition de facilités matérielles. – Elles peuvent soutenir financièrement l’association (régime des dons).

Quels sont les apports concrets pour l’entreprise ? – Tout d’abord trouver une expression concrète de l’engagement RSE de l’entreprise. – Etre utile à son environnement proche en favorisant un meilleur marché de l’emploi dans le bassin économique connu. – Localiser une main d’œuvre motivée et responsable. – Améliorer la réputation de l’entreprise et sa communication extérieure. Tous Parrains – Boulogne-sur-Mer – www.tousparrains.com Un Parrain, 1 Emploi – Nantes – www.parrainemploi.com