Cartographier ses parties prenantes… Oui, mais comment ? – partie 1

stakeholders

stakeholders

Après avoir défini le concept de <Parties Prenantes>, abordons à présent la façon de les traiter.

Etape 1 : inventorier pour pouvoir prendre en compte.

Lister les parties prenantes de la façon la plus exhaustive possible selon le triple objectif économique, social et environnemental de l’organisation.

Les parties prenantes organisationnelles (actionnaires, dirigeants, employés) et les parties prenantes économiques (clients, sous-traitants, fournisseurs, banquiers) viennent rapidement en tête car elles sont essentielles au bon fonctionnement quotidien de l’organisation. Les parties prenantes sociétales sont très variées, différentes selon les secteurs d’activités et les implantations géographiques et sont généralement moins évidentes : Etat et collectivités territoriales, ONG et associations, riverains et leurs attentes vis-à-vis de l’entreprise sont souvent méconnues.

Nous voici  à la tête d’une liste (parfois longue) de parties prenantes. Mais c’est assez éloigné de la dynamique réelle d’organismes qui interagissent entre eux. Le questionnaire stakeholder (traduction littérale « partie à enjeux ») 360 de la Simon Fraser University permet de mesurer, surveiller et accroître le capital social de l’entreprise. Cet outil permet d’obtenir des scores par parties prenantes mettant en avant leurs attentes et leur satisfaction vis-à-vis de l’entreprise, mais aussi de peser les relations des stakeholders entre eux !

En première étape, les organisations se focalisent généralement sur les besoins exprimés par les parties prenantes, négligeant de s’interroger sur le moyen d’expression de ces « revendications ». Or, si on veut que l’exercice soit pérenne et utile, il est bon de repérer les interlocuteurs clefs, leurs canaux d’expression privilégiés ainsi que les signaux faibles. Ces trois composantes garantiront une écoute meilleure et efficiente des parties prenantes.

Cartographier ses parties prenantes reste avant tout spécifique à chaque organisation. Notons que les parties prenantes vont  changer également au cours du temps, selon les stades de développement d’une entreprise et du secteur dans lequel elle évolue.

Et vous comment avez-vous abordé cette question ? Partagez vos choix méthodologiques et votre expérience en postant un commentaire ci-dessous…

Retrouvez cet article sur http://www.cultivezvostalents.fr/

Directeur et Consultant - CSP Formation - membre de la commission AFNOR sur l’ISO 26000 - Diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion de L’Environnement de l’Ecole des Mines de Paris - Ex Responsable QSE d’esterra, entreprise de 1300 pers dans la collecte des déchets, filiale de Veolia et Sita. - www.csp.fr - fx.py@csp.fr
Tags