Gestion des déchets : menaces ou opportunités ?

schéma gestion déchets

ou Pourquoi mettre en place une gestion des déchets dans l’entreprise ?

La gestion des déchets n’est pas réservée qu’aux grandes industries et aux déchets toxiques et dangereux…

Des obligations légales s’appliquent à chaque entreprise et à tout type de déchets. C’est aussi un moyen d’animer un projet transverse qui peut s’avérer fédérateur.

  • Qu’est-ce réellement qu’un déchet ?

Le terme déchet trouve son étymologie dans le verbe déchoir. Selon Le Robert, « Un déchet est un détritus, un résidu impropre à la consommation, inutilisable (en général sale et encombrant)». La loi également passe par cette notion d’abandon (1) impliquant une non-valeur économique.

  • Se mettre en conformité réglementaire.

La législation et les obligations réglementaires sur les déchets sont imposantes et en constante évolution… cependant nous pouvons en retenir quelques principes simples :

  1. Principe de Responsabilité : toute entreprise, quelques soient sa taille et la nature de ses déchets, est responsable de leur traitement.
  2. Principe Pollueur= Payeur : tous les coûts liés au tri, stockage, transport, traitement/élimination des déchets reviennent (devraient revenir…) à l’entreprise. Ce principe intègre également tout le volet prévention – formation – information des parties prenantes.
  3. Principe de Prévention : 100% des déchets d’emballage doivent être recyclés.
  4. Principes d’Elimination et de Traçabilité : Les déchets dangereux (2) doivent être triés, stockés, transportés et éliminés dans des filières spéciales et leur suivi assuré via le Bordereau de Suivi de Déchets (BSD).

Le premier intérêt d’une gestion des déchets est donc une mise en conformité réglementaire qui permettra d’éviter contrôles et amendes…

  • Réaliser des Economies

Si l’élimination des déchets est souvent un coût pour l’entreprise, celui-ci peut-être diminué par une gestion intelligente des déchets.

Certains sont considérés par d’autres comme des matières premières (dites secondaires) et ont donc une valeur marchande qui permet d’en tirer un bénéfice ou au moins, de couvrir les frais de transport et d’élimination. C’est le cas des métaux, du verre, des huiles, du papier-carton et de certains plastiques.

La deuxième vertu du tri est de diminuer proportionnellement le volume de déchets restants, et donc d’en diminuer le coût de transport et d’élimination…

Si la crainte d’un contrôle (peu probable pour les entreprises non industrielles) n’est pas suffisante, l’intérêt économique peut si substituer !

  • Mobiliser ses équipes… ou déceler des talents

Enfin, en s’attaquant à un sujet de société dont l’intérêt est largement partagé, en étant congruent avec les démarches initiées par les communes et qui ont atteint tous les salariés à leur domicile, l’entreprise touche à un sujet fédérateur.

C’est donc un moyen de lier les équipiers et de mobiliser les énergies…

Sur ces sujets les capacités traditionnelles sont bousculées. Un cadre peut être faiblement motivé et ignorant alors qu’une assistante s’emparera du projet et veillera à convertir tout son bureau…

Pour un projet bien mené il faut des ambassadeurs de tri ou des gestionnaires déchets : autant de missions transverses qui peuvent être des opportunités de progrès et de re-motivation de certains salariés. Ou comment les déchets peuvent aider à déceler et conforter des talents !

(1) Code de l’Environnement Article L-541-1–II.
(2) Au sens des articles R-541-7 et suivants du Code de l’Environnement.


Vous avez des témoignages ou des exemples, faites-les partager à nos lecteurs !

Directeur et Consultant - CSP Formation - membre de la commission AFNOR sur l’ISO 26000 - Diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion de L’Environnement de l’Ecole des Mines de Paris - Ex Responsable QSE d’esterra, entreprise de 1300 pers dans la collecte des déchets, filiale de Veolia et Sita. - www.csp.fr - fx.py@csp.fr
Tags